LES ACTUALITÉS

(Voir aussi la page des expropriations en cours)

Septembre 2019 - Signature du Manifeste Pour la préservation de la qualité des paysages urbains de la couronne parisienne

Le collectif a co-signé, dans l’été, comme 52 associations, ce document visant à tirer la sonnette d’alarme auprès des décideurs et demander, encore une fois, que soit préservé le patrimoine bati et naturel des quartiers.

Le collectif poursuit son action en justice contre la commune de Vincennes

Juillet 2019 - La canicule vécue à Vincennes

Deux mois après la sortie du projet de modification du PLU de la commune, si peu engagée sur les mesures concrètes en matière de transition écologique, nous avons tous vécus deux épisodes de canicule qui augurent d’un avenir bien difficile pour le quotidien des citadins

Les Vincennois sont en droit de s’interroger sur les températures atteintes dans la ville, auxquelles contribuent les travaux réalisés par la commune ces dernières années rendant la 2ème ville la plus densifiée de France encore plus minérale, créant ainsi une concentration de chaleur.

Des scientifiques préconisent la réalisation "d'espaces de désordre naturels" dans les villes. 

Les jardins et les espaces verts ont un rôle essentiel pour la préservation de l'environnement : stockage du CO2, filtration des particules polluantes, régénération des nappes phréatiques et pourtant la ville prévoit de détruire dans un laps de temps plus ou moins limité tous les petits pavillons qui ont été mis en "emplacements réservés".

 

A l'heure où les experts prévoient une augmentation globale de la température terrestre de 4°C en moyenne d'ici 2050, il est urgent de généraliser la végétation en ville, pour abaisser la température et favoriser la biodiversité tant dans les espaces communs qu'en conservant les poumons verts que sont les petits jardins Vincennois.

            

A lire ici et

Juin 2019 - Notre lecture du projet de modification 2019 du PLU

Pour le sujet qui nous préoccupe tant depuis 3 ans :

  • les propriétaires de biens "remarquables" ont été avertis par un écrit de la commune qui mentionnait l’existence de l’enquête publique pour que ceux-ci puissent s’exprimer- ils ont eu  plus de chance que les propriétaires de biens voués à la destruction par la modification du PLU et qui n’ont jamais été prévenus par écrit par la commune en 2015.

 

  • la contradiction entre "les assurances" données par la commune aux propriétaires des biens placés en emplacement réservé de ne pas les exproprier et ce qui est mentionné sur le projet de modification de PLU en matières de constructions prévues sur ces mêmes emplacements réservés sur les 6 ans à venir.

 

Plus largement la vision de l’adaptation de la ville à la transition écologique manque cruellement de mesures concrètes

L’épisode de canicule en cours montre que les petits jardins des maisons individuelles disséminés dans la ville sont de véritables et efficaces îlots de fraîcheur pour compenser les îlots de chaleur urbain à Vincennes.  Mais pour combien de temps encore ? »

Juin 2019 - Convocation pour l'audience publique du jugement de notre dossier en appel

Nous avons fait appel d'une première décision défavorable du tribunal de Melun et nous sommes maintenant convoqués par la Cour Administrative d’Appel de Paris, le 20 juin à 9h30 pour l’audience publique concernant notre affaire.

C’est notre ultime chance d’avoir un examen complet de nos recours contre la mise en Emplacement Révervé de nos maisons.

Nous invitons tous les Vincennois.es à nous soutenir lors de cette audience (Cour Administrative d’Appel de Paris, 68 rue François Miron 75004 PARIS, le 20 juin à 9h30)

 

Une venue en masse de tous les requérants appuyés par leurs voisins et d’autres vincennois qui s’intéressent à la préservation des pavillons et leurs petits jardins sera une bonne démonstration pour les juges de la mobilisation grandissante contre les abus incessants de la commune en matière d’urbanisme.

Avril 2019 - Nouvelle modification du PLU

Nous invitons tous les Vincennois.es à se prononcer sur l’enquête publique du 15 avril au 17 mai dans les locaux de la mairie ou par internet (voir comment ci-après). 

 

C’est l’occasion pour chacun.e de donner son avis sur diverses évolutions comme : 

  • La bétonisation de la ville et la destruction de la diversité architecturale

  • La destruction progressive des petits jardins qui sont autant de poumons verts au sein de la deuxième ville la plus construite de France. 

  • La multiplication des expropriations abusives et coûteuses aux frais du contribuable (le cinéma et l’hôtel de luxe en est un exemple frappant)

  • La promotion immobilière privée dont seulement une petite partie est parfois dédiée aux logements sociaux et les impacts sur les infrastructures (écoles, sports, …)

 

Contrairement à ce qu’affirme la commune, celle-ci a gardé la main en matière d’urbanisme, l’EPT se contente en fait de valider ses décisions


Chacun.e peut prendre connaissance du dossier et consigner ses observations du lundi au jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 18h, et le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h.


Les observations peuvent aussi être adressées :
- par écrit à : Madame le Commissaire-enquêteur - Enquête publique PLU - Mairie de Vincennes - place de l'Hôtel de ville - 94300 Vincennes
- par courriel à l'adresse : enqueteplu@vincennes.fr
- Ou à l'adresse enquetepublique-plu.vincennes.fr

Février 2019 - Une réunion de présentation du projet de futur cinéma et hôtel de luxe fut houleuse.

La réunion de présentation de la version n°2 du projet de futur cinéma et hôtel de luxe fut houleuse de part et d’autre.

En résumé, le maire a expliqué qu'elle savait que le projet de la commune était un bon projet et que les vincennois présents avaient tort de ne pas le comprendre. Charlotte Libert-Albanel a passé sous silence le fait que ledit projet avait été suspendu par décision de justice en mars dernier ce qui est la véritable raison de cette deuxième version.

Février 2019 - Une nouvelle modification du PLU de Vincennes est en cours.

Comme par le passé la communication autour de ces nouvelles modifications est minimaliste, Charge à chacun de vérifier les impacts pour lui et son voisinage. Pourtant les réunions sur le projet de ville et les réunions de quartiers existent mais jamais la mairie n’y présente les modifications du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qu’elle fait voter en toute discrétion au niveau du territoire

Novembre 2018 - La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018, dite loi ELAN, a pour vocation de réformer le secteur du logement social mais surtout de permettre l'accélération de la construction et de simplifier les procédures d'urbanismes.

Certaines dispositions intéressent tout le monde car elles :
- bénéficient aux maîtres d'ouvrages pour abréger le délai de leurs projets en particulier lors de poursuites de riverains aux contentieux :
     . le recours des associations est plus limité
     . les autorisations d'urbanisme ne sont annulées que partiellement quand cela est possible
     . la régularisation des actes après achèvement des travaux est permise, etc...
- sécurisent la demande d'autorisation d'urbanisme en limitant les pièces à fournir et met fin ainsi aux demandes abusives de pièces supplémentaires ;

- clarifient le champ des concertations préalables applicables aux projets au titre du code de l'environnement ou du code de l'urbanisme ;
- assouplissent les règles relatives aux travaux aux abords des monuments historiques prévues par le Code du patrimoine.

 

Ces dispositions sont applicables depuis le 1er janvier 2019.

Parmi les nombreuses critiques faites à cette loi, qui dénoncent l’hypocrisie qui entoure la politique de logements sociaux, une des principales est de permettre la vente de ceux-ci (article 97 de la loi). En résumé, les promoteurs vont pouvoir construire encore davantage, plus vite, avec moins de contraintes, et les logements, dont beaucoup construits après expropriation et tous avec l’argent public, pourront être revendus à terme. L’aubaine de l’obligation de construire des logements sociaux ne cesse de s’améliorer…

Septembre 2018 – Dans la presse (journal Libération du 20) témoignage du cabinet GMR qui défend notre collectif.

Une vraie réalité pour les habitants de Vincennes, l’arrangement est mission impossible avec une commune si peu transparente sur ses intentions et qui semble ne chercher que le maximum de profitabilité pour les promoteurs.

 

Le combat juridique de notre collectif se poursuit et la pétition de soutien reste ouverte.

Nous avons reçu plusieurs  témoignages poignants sur la brutalité des pratiques de la commune lorsqu’elle exerce son droit de préemption. Acheteurs et vendeurs ne sont prévenus que quelques jours avant la signature de l’acte définitif, plaçant les uns et les autres dans des situations très périlleuses (en particulier les acheteurs potentiellement à la rue). Le collectif préconise la préemption comme une des alternative aux emplacements réservés, mais bien entendu pas dans ces conditions.

Février 2018 - Avis défavorable du commissaire enquêteur sur l'expropriation du 8 place Berault

Un petit revers pour la municipalité de Vincennes dans un dossier d’expropriation.

Le commissaire enquêteur a remis un avis défavorable à la déclaration d'utilité publique de l'expropriation de la parcelle du 8 place Bérault où se trouve la brasserie/restaurant Le Donjon (ex-Berlioz).

Elle écrit en conclusion de son rapport : "Au regard de ce qui précède, j'estime que les inconvénients engendrés par ce projet sont supérieurs aux avantages qu'il pourrait générer, en conséquence, j'émets un avis défavorable à la déclaration d'utilité publique de l'expropriation de la parcelle sises 8 place Bérault à Vincennes".

Voilà qui est encourageant pour notre collectif, qui se bat depuis plus de deux ans, contre les expropriations et la mise en emplacements réservés de nombreuses parcelles à Vincennes.

Merci à VINCENNES ACTUALITES qui a consacré son édito et  une pleine page à ce dossier

Janvier 2018 - Un nouveau journal d'informations à Vincennes

Un nouveau journal d'informations indépendant à Vincennes c'est très important pour apporter un peu de contradiction à la pensée unique distillée par Vincennes Info.
 

Dans le Numéro 7, distribué le 10 janvier dans les commerces de Vincennes, un article sur notre combat.

Merci à Vincennes Actualités de faire un peu de lumière sur des sujets comme l’urbanisme et la qualité de vie sur lesquels la municipalité agit souvent dans l’irrespect de ses concitoyens en minimisant ou en niant les impacts négatifs de ses décisions.

Octobre 2017 - Des nouvelles de notre combat

Tout d'abord l'élection de notre Maire au sénat : Il a donc été obligé de démissionner pour respecter la loi de non cumul des mandats et a désigné son successeur C. Libert Albanel. Mais L. Lafon continuera de siéger au Conseil Municipal...
La nouvelle Maire de Vincennes a maintenant tout pouvoir pour répondre à notre demande.

Ensuite notre recours contentieux : Il a été déposé il y a plus d'un an au tribunal de Melun. Nous n'avons reçu aucune réponse à notre requête alors que L. Lafon s'est plaint régulièrement de la durée des recours qui font perdre du temps aux projets d'aménagement.
Concrètement, les recours administratifs ne sont pas suspensifs. Le temps ne joue donc pas en notre faveur.

Nous regrettons l'extrême difficulté que nous avons pour avoir des relais médiatiques et/ou politiques malgré de nombreux contacts.

Avec les signatures papier nous avons dépassé le cap de 1500 signatures mais c'est toujours trop peu pour être entendus.Merci donc de relayer le plus possible notre message.   

Octobre 2017 - Les autres mécontents de l'absence de concertation à Vincennes

​Deux associations regroupent des mécontents de certaines politiques entreprises par la ville de Vincennes sans concerter les riverains :

- l'association de Défense de la Qualité de la Vie à Vincennes >>> ADEQUALVIE 94

- l'association des Riverains Bérault-République-Victor Basch >>> Riverains 94300 

Ces deux associations ont envoyé un courrier au Président du Sénat (Cliquez sur "Lire plus" pour voir le courrier)

Octobre 2017 - Le projet "Majestic corner" de Kaufman & Broad

 

Ce projet vise à démolir un groupe de 3 maisons pour construire un immeuble. Il est en total désaccord avec tous les documents d'urbanisme en vigueur (PLU, PLH, PADD).

Le projet a obtenu un permis de construire dérogatoire de la part de la mairie qui permet la construction d'un immeuble de 6 étages avec 29 nouveaux logements dont 9 logements sociaux (le minimum).

Dans la même rue il y a 3 emplacements réservés qui induiront, à terme, une densification supplémentaire (Vincennes étant déjà très dense). Le voisinage s'inquiête (Article dans le Parisien)

Septembre 2016 - Le recours en justice

 

22 recours ont été déposés le 29 septembre 2016 devant le tribunal administratif de Melun pour demander l’annulation de la modification du PLU créant les emplacements réservés.

Mars 2016 - Le vote de la modification du PLU

 

Le 16 décembre 2015, le conseil municipal a transféré les compétences en la matière au territoire (Etablissement Public Territorial T10, à présent dénommé EPT Paris Est Marne et Bois).

Le 29 mars 2016, l’EPT, dont Laurent Lafon est Vice-Président, a approuvé la modification du PLU de Vincennes et donc le classement en emplacement réservé de 81 parcelles. 

Décembre 2015 - France 3 en parle !

France 3 parle de nous dans son article :

"A Vincennes, des propriétaires d'immeubles menacés par la mairie d'expropriation"

Retrouvez l'article en entier  >>> ici

Décembre 2015 - La stupéfaction

 

En décembre 2015, certains d'entre-nous sont abasourdis par la nouvelle : un projet de modification du PLU (Plan Local d'Urbanisme) place leur habitation en emplacement réservé.

C'est seulement grâce aux efforts d'un bouche à oreille solidaire que nous apprenons fin 2015/début 2016 que nos habitations ont été mises en "emplacement réservé" au moment d'un projet de modification du PLU (Plan Local d'Urbanisme). Faute d'une communication digne de ce nom de la part de la municipalité, la majeure partie d'entre nous n'ont pu l'apprendre qu'après l'enquête publique.

Certains propriétaires ne le savent peut-être pas encore. Beaucoup témoignent que la commune ne s’est jamais souciée de contacter personnellement les propriétaires visés (il en fut de même en 2007, lors de la première vague de mise en emplacements réservés). Même légal, ce silence n’en demeure pas moins stupéfiant.

(Voir les témoignages)

D’autres villes franciliennes où les habitants sont contraints de suivre la politique d’urbanisme de leur ville

 

Association de défense des intérêts des habitants des Bas Heurts – La Varenne
Blog Citoyen du quartier des Bas-Heurts à Noisy-le-Grand (93160), contre un projet immobilier de la municipalité menée par Michel Pajon et pour la défense de l’expression citoyenne sur le Web. Pour livrer des informations non disponibles par ailleurs, sur des projets municipaux qui font débat.

 

Please reload